Compte-rendu webinar Cision « Bonnes et mauvaises pratiques médias »

Compte-rendu webinar Cision « Bonnes et mauvaises pratiques médias »

Toute cette semaine, Cision organise une série de webinars avec plusieurs experts de la communication et des médias pour donner quelques pistes sur la manière de communiquer pendant cette situation exceptionnelle. L’équipe Amalthea y participe, et vous propose, pour chacun d’entre eux, son compte-rendu des échanges.

Nous avons commencé la semaine, hier, avec le webinar « Bonnes et mauvaises pratiques médias », présenté par Cyndie Bettant, Directrice Marketing et influence de Cision, Cyrille Frank, Directeur de l’ESJ PRO, centre de formation continue pour les journalistes, et Fabrice Frossard, ancien journaliste IT BtoB et fondateur de Faber Content, agence spécialisée en stratégie digitale.

Comment les médias ont-ils traité l’actualité du Covid-19 ? Quelle est la stratégie médias qui a été adoptée et quelles bonnes pratiques les médias doivent-ils garder pour la suite ? Quelles leçons doivent en tirer les communicants ?

Voici quelques éléments de réponse en 4 points.

L’éternelle question de l’accès à l’information

Le confinement incite à découvrir de nouveaux formats de médias, à accéder à de nouvelles sources d’information.

Le rééquilibrage des besoins d’information

Face à la pandémie, nous ne sommes plus dans la polémique mais dans l’information utile. Les journalistes rapportent les faits, ils sont sur du factuel. Les débats politiques par exemple sont relayés au second plan.

Dans de telles circonstances, tout le monde cherche à comprendre, à savoir et à se rassurer. On assiste à un rééquilibrage des différents besoins d’information. Les préoccupations pratiques et lien social prennent le pas sur les besoins de réflexion et de pensée.

Une réorganisation des médias et un « retour aux sources » ?

Sous l’impulsion de cette crise sanitaire, on revient aujourd’hui au rôle social et fédérateur des médias. Il sera d’ailleurs très intéressant de voir si cela perdurera après la crise sanitaire.

Les médias mettent à nouveau leurs lecteurs au centre, avec une information cocréée.

On voit aussi apparaître des réseaux informels de journalistes qui se mettent en place pour apporter une information précise et utile et traiter l’information de manière collégiale.

Les médias se recentrent autour de la question de l’expertise.

Les médias ont-ils raté leur rôle de lanceur d’alerte ?

Sans répondre totalement à cette question, les experts de ce matin s’accordent sur une chose : il faut être beaucoup plus prudent dans l’exposition de l’information et mieux prendre la mesure de la force donnée à une information.

Il y a eu clairement un « retard à l’allumage » pour les médias dans le traitement du coronavirus. Cela fait le lien avec un manque avéré (pour certains) de curiosité et de réflexion autour de sujets parfois moins « vendeurs ». « On ne parle d’un sujet que s’il est rentable. »

Identifier les sujets de fonds, c’est pouvoir se mettre en retrait du flux de problème, de prendre la hauteur et de questionner des experts pour prendre le temps de « creuser » une information. Or, beaucoup de médias aujourd’hui n’ont pas les moyens, financiers et humains, de faire ce travail.

Découvrez prochainement nos comptes-rendus des autres webinars Cision #COVID19COMMS