Billet d’humeur Amalthea : vis ma vie d’attachée de presse écolo

Billet d'humeur Amalthea : vis ma vie d’attachée de presse écolo

Fini les RP « à la papa », aujourd’hui les agences doivent être green, responsables, durables, carbone free… Qui plus est quand la dite agence est spécialisée dans les secteurs de l’environnement, des clean tech, de l’innovation.

C’est bien beau mais concrètement, je fais comment moi, attachée de presse, pour ne pas détruire 3 hectares de forêt amazonienne à chaque impression de dossier de presse ou pour ne pas me sentir responsable de la fonte des glaces du Groenland après une conférence de presse ?

Je vous passe tous les conseils du genre « utiliser du papier recyclé », « passer au QR Code » ou « ajouter la mention réfléchissez avant d’imprimer cet e-mail » …. So 2000 comme dirait ma petite cousine de 14 ans ! Non, en 2016, il existe de vraies solutions pour être écolo aussi dans ses RP :

  1. Le bon lieu pour ton événement tu choisiras : un lieu accessible en transport en commun, modes doux, avec des hôtels / espaces de restauration à proximité pour éviter les déplacements secondaires.
  2. Le nombre d’équipements tu réduiras : ais-je vraiment besoin de toutes ces écrans de projection, équipements de sonorisation et éclairages pour mon événement ?
  3. Des fournisseurs et prestataires locaux tu privilégieras : moins il y a de kilomètres à parcourir mieux c’est.
  4. Les impressions tu éviteras : plus besoin d’imprimer en 50 exemplaires les dossiers et communiqués de presse à chaque événement ou salon, aujourd’hui pléthore de supports numériques réutilisables existent, pour fournir aux journalistes les informations dont ils ont besoin sans gaspillage.
  5. Tes fichiers presse tu cibleras : et oui, limiter l’envoi en masse et réduire le volume des pièces jointes participe aussi à diminuer notre empreinte écologique. Moins de mails, moins lourds, plus ciblés, c’est à la fois signe d’un plus grand professionnalisme et un geste citoyen.

Nous sommes d’accord que l’heure n’est pas à la révolution avec ces quelques conseils, mais, sans vouloir vous rabattre une fois de plus les oreilles avec cette histoire de Colibri, il n’en reste pas moins qu’un petit geste vaut mieux que pas de geste du tout.

A bon entendeur !