Sommet Afrique-France : sortie de l’ouvrage « Richesses de la nature et pauvreté des nations » de MINES ParisTech

MINES ParisTechA l’occasion du 27e sommet Afrique-France qui se déroulera les 13 et 14 janvier 2017 à Bamako, les Presses des Mines annoncent la sortie de l’ouvrage : « Richesses de la nature et pauvreté des nations », Essai sur la malédiction de la rente minière et pétrolière en Afrique.

  • Jamal Azizi, chercheur à la Chaire « Économie, finance et gestion des commodités», MINES ParisTech, PSL Research University.
  • Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à MINES ParisTech et à Dauphine, PSL Research University, titulaire de la Chaire « Économie, finance et gestion des commodités».
  • Timothée Ollivier, ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, ingénieur des eaux et forêts, et docteur en économie.
  • Paul-Hervé Tamokoue Kamga, chercheur au CERNA (Centre d’Economie Industrielle) MINES ParisTech, PSL Research University.

Dès 2050, l’Afrique comptera 2,5 milliards d’hommes. En 2100, les Africains seront 4,5 milliards sur 11 milliards d’hommes.

Le défi principal de ce siècle est donc l’émergence soutenable de l’Afrique : révolution verte, industrialisation, urbanisation (900 millions d’urbains supplémentaires en Afrique sub-saharienne d’ici 2050).

Un des obstacles majeurs à cette émergence soutenable est qu’un grand nombre d’États africains sont frappés de la « malédiction des rentes minières et pétrolières » : partage inéquitable des rentes entre États et opérateurs, corruption et gaspillage des fonds publics, stagnation des secteurs non rentiers, urbanisation non maîtrisée, guerre civile…

À titre d’exemple, Pierre-Noël Giraud cite deux chiffres frappants :

« En Angola, la rente par habitant issue de l’exploitation des hydrocarbures est de 5,8 $ par jour. Pourtant, environ 70 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 2 $ par jour.

Aux dires d’experts, dans un autre pays d’Afrique centrale, la rente investie efficacement dans le développement du pays ne représente qu’environ 10 % de l’ensemble, ce qui est particulièrement faible.

Notre livre ne tombe jamais dans le pessimisme et met en avant l’existence de mesures efficaces pour sortir de la malédiction, en Afrique et ailleurs dans le monde ».

Cet essai propose une analyse approfondie de la situation et des moyens d’y remédier. Il s’organise en trois parties.

La première, théorique, est une analyse économique du partage et de l’usage des rentes minières et pétrolières, des raisons pour lesquelles les prix et les rentes fluctuent, et des effets de ces fluctuations.

La deuxième partie, empirique, présente et commente les nombreuses études économétriques qui ont tenté de vérifier et de quantifier les mécanismes de la malédiction. Elle propose une étude originale des effets des rentes sur l’agriculture et l’urbanisation en Afrique.

La troisième est une étude des cas de 11 pays africains, de leur histoire minière et/ou pétrolière, du partage et de l’usage de la rente en leur sein.

La conclusion récapitule les politiques et bonnes pratiques qui permettent de s’extraire de la malédiction de la rente.

Contact presse – Agence Amalthea

Murielle Mazau – mmazau@amalthea.fr

À propos des Presses des Mines – @pressesdesmines

Les Presses des Mines, maison d’édition créée en 1995, répondent au besoin spécifique d’un marché de niche, la publication scientifique de haut niveau, en s’appuyant sur un concept de micro-édition particulièrement bien adapté pour répondre à la demande du public en flux tendu grâce à de multiples tirages limités.

Les Presses des Mines représentent aujourd’hui plus de 280 ouvrages parmi 19 collections, et plus de 500 auteurs présents dans 6 écoles : MINES Albi-Carmaux, MINES Alès, MINES Douai, MINES Nantes, MINES ParisTech et l’Ecole Nationale Supérieur des Mines de Saint-Etienne.

À propos de MINES ParisTech – @MINES_ParisTech

MINES ParisTech forme, depuis sa création en 1783, des ingénieurs de très haut niveau capables de résoudre des problèmes complexes dans des champs très variés. Première école en France par son volume de recherche contractuelle, MINES ParisTech a une importante activité de recherche orientée notamment vers l’industrie, avec le soutien d’ARMINES, structure dédiée à la recherche partenariale. Ses domaines de recherche s’étendent de l’énergétique aux matériaux, en passant par les mathématiques appliquées, les géosciences et les sciences économiques et sociales.

MINES ParisTech est membre fondateur de l’université de recherche Paris Sciences et Lettres – PSL Research University, qui rassemble 16 institutions d’enseignement supérieur et de recherche prestigieuses situées au cœur de Paris. Et également ParisTech (12 des plus grandes écoles d’ingénieurs parisiennes). Par ailleurs, La Fondation Mines ParisTech, créée en 1946, présidée par M. Benoît Legait. accompagne et soutient les projets de l’Ecole. Reconnue d’utilité publique, elle est habilitée à recevoir des donations et des legs.